AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Judith Sparrow
Elève X-men catégorie 3
*Animatrice Journaliste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 30
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Empathie, contrôle des sentiments et sensations.
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier: Strip teaseuse
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Jeu 19 Juin - 16:24

Une rencontre l'avait boulversé. Un jeune homme l'avait troublé. Et à présent, elle lui tenait la main et l'emmenait dans son appartement. Non, elle ne regrettait absolument rien, bien au contraire. Elle marchait à présent dans les rues de New York, Mathéo à ses côtés, sa main fermement serrée dans la sienne. La douceur de sa paume ne cessait de la faire frissoner et le couple marchait d'un pas pressé. Le désir de se retrouver seuls sans doute... Judith repensait à ce qui s'était passé près du lac, dans Central Park... Mathéo avait échappé à son étreinte et s'était précipité vers le lac, comme ayant surpris quelque chose. Que lui était -il passé par la tête ? Qu'avait-il aperçu ? Judith l'ignorait. Mathéo avait plongé son regard si précis dans l'onde ténébreuse du lac et lorsqu'il s'était relever vers elle, il avait paru sortir d'un cauchemar. Mais son sourire avait effacé ces questions de l'esprit de Judith. Il était si joli quand il souriait... Judith chassa ses pensées, mais se promit d'interroger Mat pour mieux le connaître et qui sait, pouvoir l'aider si des problèmes le poursuivaient. Pour le moment, ils continuaient leur marche rapide.

Judith s'égara un instant dans ses souvenirs. Elle n'avait jamais eu de petits amis. Oui, aussi étrange que cela puisse paraître pour une jeune fille d'une indéniable beauté, elle n'avait jamais cherché à s'intéresser de près aux garçons. Elle était persuadée que la beauté se fane, et que les jeunes filles jouant sur le physique ne sont que des écervelées vaniteuses. Aussi avait-elle désespéré les nombreux jeunes garçons qui nourissaient pour elle une passion ardente. Elle n'avait jamais rencontré que des hommes arrogants, sûrs d'eux-mêmes, dragueur pas tentés et prétentieux. Ce n'était pas ce genre d'homme qu'elle cherchait. Un homme doux, attentioné, patient et surtout qui l'aime pour ce qu'elle est, et non pas pour son aspect extérieur. Et elle avait senti ses qualités chez Mathéo, tout étrange qu'il était. Il avait su, en quelques secondes gagner sa confiance, là où bon nombre d'hommes avaient échoué. Et cela sans même le vouloir, semblait-il. Judith se posait cependant la question de son pouvoir. Eprouvait-il réellement des sentiments ? Ou son pouvoir lui jouait-il encore des tours cruels ?

Judith en était là de ses réflexions lorsqu'ils arrivèrent enfin devant la porte d'un immeuble. Elle composa le code sur l'interphone et la porte s'ouvrit. Ce vieil immeuble était certes très ancien mais donnait une impression de grandeur, malgré son manque évident d'entretien. Judith tourna la tête et adressa un sourire tendre à Mathéo. Ils montèrent au premier étage, et Judith se dirigea vers la droite. Une porte en bois, joliment ouvragé se dressait devant eux. Sur l'interphone, un nom calligraphié : Judith Sparrow. Judith sortit ses clefs, ouvrit. Puis, elle fit entrer Mathéo.

Bienvenue dans mon modeste chez moi !

Une odeur d'encens les enveloppa. C'était l'odeur de pétales de rose. Une ambiance douillette montrait immédiatement qu'il s'agissait d'un appartement de femme. Ils venaient d'entrer dans le salon aux couleurs clairs et lumineuses. Une kitchenette, séparée par une petite arcade se trouvait sur leur gauche. Sur leur droite, un couloir emmenait aux chambres. Judith entraîna Mathéo de ce côté. Dans le couloir, on trouvait tout de suite sur la droite la chambre de Judith, au fond les sanitaires et sur la gauche la salle de bains où Judith fit entrer Mathéo.

Tiens, sèche toi les cheveux avec cette serviette. Je vais voir ce que je peux te trouver comme vêtements secs.

Judith sortit de la pièce et se dirigea vers sa chambre. Elle ouvrit ses placards, fouinant pour trouver quelque chose qui sied un tant soit peu à un individu du sexe mâle ^^. Elle trouva un t-shirt noir ainsi qu'un jean qui lui allait trop grand. Pendant ses recherches, elle n'avait pas entendu Mathéo, qui avait fini de se sécher les cheveux et qui l'avait rejoint dans la chambre. Judith se retourna et sursauta.

Tu m'as fait peur ! Tiens, je t'ai trouvé ça. Je ne sais pas si ça t'ira mais à moins de vouloir mettre un débardeur et une jupe... ^^

Elle s'aperçut que le regard de Mathéo s'était attardé dans une direction. Elle suivit son regard et tomba sur... ses vêtements de scène. Elle se mordit la lèvre et rougit. Hum... Oui bon, des cuissardes noirs et un bustier en cuir, c'était assez... spécial. Elle bondit vers cette tenue et la fit disparaître vite fait dans un placard. Elle sourit, un peu génée.

Euh.. C'est.. Ce sont... Enfin, c'est pour le boulot... je...

Finalement, Judith se ressaisit et se tut. Elle se rapprocha de Mathéo. Ses vêtements étaient trempés. Elle l'observa et retira doucement son haut. Le silence doux les entoura. La main de Judith resta posée sur le torse du jeune homme. Le contact de sa peau si douce lui fit battre le coeur à une vitesse folle. Judith resta le regard fixé dans celui de Mathéo. Comment lui dire que... Enfin, elle imaginait bien qu'il aurait des idées dans la tête. Et comment lui dire qu'elle n'avait aucune expérience en la matière ? Hum. Mieux valait se taire. Toutes ses pensées s'embrouillaient et elle n'arriavit plus à y mettre de l'ordre. Elle lacha le pull de Mathéo qui tomba au sol... Comment Mathéo allait-il réagir ? ^^

_________________

Si l'amour est un rêve, alors laisse-moi dormir...
ABSENTE DU 3 AOUT AU 1ER SEPTEMBRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/x-men-f38/fiche-de-judith-spar
Mathéo Flakser
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Age : 26
Camp + groupe : neutre
Pouvoirs : vue ultra développée/vitesse accrue
Date d'inscription : 11/05/2008

Mutant life
Métier: sans emploi
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Jeu 19 Juin - 18:56

Mathéo se retrouvait entraîner par les rues, le bras accrochés à celui de cette Judith... La seule femme à avoir daigné s'intéresser un tant soit peu à lui depuis bien longtemps... Ils arrivèrent à un immeuble délabré mais cossu tout de même. Il y avait un digicode à l'entrée... Chose étrangère à Mahéo qui avait habité dans un immeuble bien plus insalubre que celui-ci... elle l'entraina au premier étage et commença à sortir ses clefs devant un appartement à la porte fort jolie. Au moins, Mathéo n'aurait plus à subir le bruit insupportable de ses baskets qui le suivait depuis sa chute dans le lac dans Central Parc... Il avait réussit à l'oublier au début, mais l'appartement de Judith était assez loin du parc et il n'avait pas pu tolérer longtemps ces bruits de succion derrière ses pas... Elle le fit entrée avec une petite phrase d'accueil qui le fit encore sourire. Elle l'emmena dans un couloir et enfin devant la salle de bain. Lui donnant une serviette et lui ordonnant de commencer à se sécher , il s'exécuta alors qu'elle sortait. Il ne mit pas longtemps à terminer. Ses cheveux étant assez fin, ils avaient déjà bien séchés sur le trajet. Mathéo, les cheveux presque secs, posa la serviette et hésita avant d'aller à la recherche de son hôte dans l'appartement qui lui sembla bien grand. Il n'eut pourtant pas le temps de le visiter, la porte sur sa droite à sa sortie de la salle de bain était entre-ouverte et il entra sans frapper, oubliant un instant qu'il n'était pas chez lui. il n'avait pas pensé lui faire peur. Il avait retiré ses horribles chaussures à l'entrée et Judith avait certainement prit l'habitude de l'entendre arriver telle un poulpe sortant de l'eau, les ventouses restant collées au sol à chaque pas...

il posa les yeux sur la chambre après avoir encore une énième fois détaillé cette femme qui lui tendait des vêtements. Son regard se porta sur une tenu de cuire et il s'y attarda, apparemment trop au goût de la jeune fille. Il sourit encore. Ça ne le dérangé toujours pas lui... Au contraire, il ne put s'empêcher de l'imaginer vêtu de ces bout de peau tannée. Elle était encore une fois gênée mais apparemment, il allait pouvoir arrêter de chercher à s'excuser dans ces moments là puisque cette demoiselle avait décidé de se lancer chaque fois que le sens lui montait au joues...

Lorsqu'elle lui retira son pull, Mathéo ne sut quoi faire... Elle lui touchait le torse... Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait plus honte de son corps. Les années de renfermement du lycée passées à s'instruire et à se muscler ainsi que la FAC où il avait adhéré à plusieurs clubs de sport et avait continué de s'entretenir lui avait values un corps assez satisfaisant à regarder. Pourtant, il ne comprenait pas pourquoi , mais il avait envie de se rhabiller... Son cœur s'accéléra et il sentit d'autant plus la main de Judith de l'autre côté de ses côtes... Inspirant profondément, il décida de lui voler un nouveau baiser. Approchant sa main de son visage, il lui caressa la joue puis l'attira à ses lèvres.

Il ne sut pourquoi mais son imbécilité du parc où il s'était lui même identifié à un chien lui revint en tête et le jeune homme ne put retenir sa langue qui alla laper la joue de sa partenaire. Espérant de tout cœur qu'elle ne fuirait pas, il embrassa immédiatement sa joue à l'endroit où sa langue s'était aventuré la premières. Ses bras nus entourèrent Judith et l'attirèrent vers son torse dénudé. Son bras droit autour de ses épaules remonta lentement dans sa chevelure et passa ses doigts entre les fils fin qui composait cette coiffure sublime de noirceur. Ses lèvres descendirent dans le coup de la jeune fille et son autre bras descendit lentement avant de rencontrer soudain, quelque chose de dur, et de froid. Il s'arrêta immédiatement et s'écarta d'elle le regard perplexe. Il avait momentanément oublié que sa compagne était armé. Avant qu'elle ne puisse réagir et ne sachant pas pourquoi l'action suivante lui avais pris, il trouva le pommeau du katana qu'il avait effleuré et fit glisser la lame pour la regarder l'air intéressé. Il n'arrivait plus à détacher son regard de cette lame si aiguisée que le fil en était presque invisible... Cette chose en lui remontait encore. Mais pourquoi n'arrêtait-elle pas de vouloir sortir ainsi? Il vit le reflet de la gorge de Judith dans la lame mais aussi une lame qui venait se placer devant. Au moment où il ferma les yeux, le pommeau amorçait un geste. Il soupira et reprit contenance, effaçant la peur de son visage. Il se tourna de nouveau vers elle en souriant...

-Heu... Hum! On va garder ça pour couper les concombres, qu'est-ce que tu en penses? C'est pas tellement dans les tons du moment, non?

Il lui tendit le pommeau et attendit qu'elle défasse les fourreaux.

-Je vais me rincer le visage et voir si ces vêtement me vont. Je sens la vase je crois... Je peux prendre une douche?

Tout cela était vrai. S'il devait encore une fois toucher à cette jeune fille, il désirait ardemment le faire une fois plus propre qu'il ne l'était... Attrapant les vêtement à ses pieds ainsi que son pull encore humide, il se redressa et regarda son hôte, le sourire toujours aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/acceptation-de-vos-personnages
Judith Sparrow
Elève X-men catégorie 3
*Animatrice Journaliste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 30
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Empathie, contrôle des sentiments et sensations.
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier: Strip teaseuse
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Jeu 19 Juin - 19:36

Judith continuait de garder le regard fixé dans celui de Mat. Elle ne pouvait détacher ses yeux de ceux du mutant. Sa main était restée sur le torse de Mathéo et la deuxième, après avoir lâché le pull était venue se nicher sur la hanche du jeune homme. Le regard de Judith glissa sur le torse musclé de Mathéo, semblant être une sculpture grecque qui aurait reçu la vie. Première fois qu'elle voyait le corps d'un homme et son coeur se mit à battre très fort. Si fort qu'elle était persuadée que le son des battements s'entendait dans tout l'immeuble... Elle sentit le frémissement parcourir la peau de Mathéo sous sa main. Le silence les enveloppait, nul besoin de parole dans ces moments là... Le regard de Mathéo s'enflammait et Judith avait la sensation d'être marquée au fer rouge. La tête lui en tournait presque.
Mathéo se rapprocha d'elle, sa main caressant la joue de Judith et l'entraînant vers lui. Et là, le côté canin de Mathéo sembla le dominer un bref instant ! ^^ Une langue de velour parcourut rapidement sa joue. Judith ne put retenir un éclat de rire en se tortillant :

Tu me chatouilles !!!

Puis, elle sentit les lèvres de Mathéo sur sa joue, qui se dirigèrent enfin vers sa bouche entrouverte. Les lèvres brûlantes du jeune homme lui parurent un délice et elle y goûta avec passion et tendresse. Le baiser dura encore plus longtemps que les précédents. Cette fois, un changement notable eut lieu. Judith sentit les bras nus de Mathéo se refermer sur elle en une tendre étreinte. Elle sentit le corps du jeune homme se serrer contre le sien et le souffle lui manqua (en plein baiser, c'est la poisse ^^ Bon, je me tais, je me tais ^^). Judith frissona de plaisir. La main de Mathéo glissa dans ses cheveux tandis que ses lèvres glissaient dans son cou. Et là, un soupir lui échappa. Le cou... Le point faible ! Soudain, brusquement, les baisers de Mathéo cessèrent. Et Judith comprit pourquoi en entendant le tintement du métal. Son katana, Mathéo l'avait rencontré au hasard de ses pérégrinations sur son corps. Il le tira du foureau et l'observa, avec un intérêt certain qui rendit Judith légèrement boudeuse. Ainsi donc il préférait le katana à elle ? Mais l'inquiètude la saisit lorsqu'elle aperçut dans les yeux de Mathéo ce reflet violent qu'elle avait déjà entraperçut. Elle aurait voulu interroger Iblis mais celui-ci avait aparement pris comme règle de se carapater vite fait lorsque les hormones de la demoiselle était en ébullution. Pudeur oblige. Ainsi donc, elle n'avait aucun moyen de lui demander son avis concernant le double éventuel de Mathéo. Mais le sourire de Mathéo et sa remarque effacèrent une fois de plus les questions qui brûlaient les lèvres de Judith. Elle sourit.

Justement lorsque je suis au... travail, je les emporte toujours avec moi. Il y a tellement de types tordus qui traînent dans ces bars...

Elle ne s'attarda pas trop sur la question. Elle défit les fourreaux de ses katanas et rengaina celui que Mathéo lui tendait. Puis, elle les accrocha sur le mur, à leur place habituelle. Mathéo demanda s'il pouvait prendre une douche et Judith haussa les épaules.

Pourquoi me demandes-tu ? Tu es ici chez toi. Mais si tu veux absolument mon autorisation, je te la donne.

Elle avait ponctué cette phrase d'un sourire charmant et un peu ironique. Mathéo s'éclipsa donc après avoir ramassé ses affaires. Judith resta dans la chambre, perdue dans ses pensées. Elle s'assit sur le lit, entendant le bruit de l'eau retentir dans la salle de bain. Un long moment s'écoula sans qu'elle bouge... Son regard se dirigea doucement vers la porte par laquelle Mathéo était sortie. Un sourire s'égara une fois de plus sur son visage, comme si elle avait un mauvais coup en tête. Elle se leva et se dirigea vers la salle de bain. Le bruit de l'eau s'intensifia. Elle ouvrit doucement, très lentement la porte. Aucun bruit n'avait trahi sa présence. Elle referma la porte. Elle devina la forme de Mathéo à travers les vitres brouillées de la douche. Son sourire se fit tendre. Ses vêtements tombèrent à ses pieds. Elle ouvrit la porte et se glissa à l'intérieur. Mathéo ne l'avait apparement toujours pas entendu. Il était de dos et Judith, se rapprochant, déposa un baiser très léger sur sa nuque. Lorsqu'il se retourna, elle lui sourit. Un sourire plein de promesses...

_________________

Si l'amour est un rêve, alors laisse-moi dormir...
ABSENTE DU 3 AOUT AU 1ER SEPTEMBRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/x-men-f38/fiche-de-judith-spar
Mathéo Flakser
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Age : 26
Camp + groupe : neutre
Pouvoirs : vue ultra développée/vitesse accrue
Date d'inscription : 11/05/2008

Mutant life
Métier: sans emploi
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Lun 23 Juin - 2:41

Rapidement, Mathéo quitta la chambre et tira la porte derrière lui sans penser à la fermer. Quelque chose le quitta mais il ne sut dire quoi. Lorsqu'il arriva dans la salle de bain, il trouva rapidement le fonctionnement de la douche, retira le reste de ses affaires et s'apprêta à rentrer lorsqu'il croisa son reflet le regardant dans le miroir, les bras croisés. Mathéo se figea et le regarda, les bras le long du corps, attendant de voir ce qu'il allait lui dire et surtout s'il a ait enfin décidé de lui parler.

*Tu comptes te laisser manipuler longtemps le pantin?*
*Pourquoi dis-tu ça?*
*Elle te manipule! Deux fois j'ai essayé de te sauver dans le parc alors qu'elle utilisait son pouvoir sur toi!*
*Quel pouvoir?*
*Contrôle des sentiments idiot...*
*Et elle l'utilise encore?*
*Chaque fois que tu t'en approches!*

Mathéo posa les yeux sur le lavabo et réfléchit un court instant.

*C'est faux. Je ne me sens pas différent de quand j'étais avec elle tout à l'heure.*
*En es-tu sûr?*
*De toutes façons je n'ai nulle part où aller...*
*Tue-la! Tue-la et fais disparaître le corps! Il n'est pas bien cet appartement?*
*Tu es fou...*
*Peut-être, mais moi je ne te laisserai pas te faire avoir par cette prostituée!*
*Ce n'est pas une prostitué...*
*C'est la même chose!*
*J'ai con'...*
*Elle est dans le couloir.*

Mathéo vit la poignée s'abaisser. Il hésita encore un instant, posa ses lunettes sur le rebord de marbre, chuchota un "dégage" à son reflet, les yeux fermés et entra sous la douche alors que la porte allait s'entrouvrir et que le reflet le regardait l'air écœuré.
Alors qu'il appliquait du shampoing trouvé par terre, il resta attentif au moindre changement de ses sentiments, cherchant à savoir quoi penser des mises en garde de cette invention de son imagination. Se demandant également s'il ne virait pas fou à force de jouer avec son identité depuis si longtemps... un courant d'air frai lui balaya les jambes alors qu'il rinçait la mousse de ses cheveux, dos à la porte. L'eau ruisselé sur son visage et lui faisait un brouhaha sourd dans ses oreille alors qu'il regardait le plafond en quêtes de sentiments étrangers. Judith était derrière lui, il le savait et un désir immuable l'envahit. contrairement à ce que lui aurait certainement dit son autre lui, ce n'était pas cette femme qui lui imposait ce sentiment, mais c'était cependant bien elle qui lui inspirait. son esprit devait repousser certainement, ces nouvelles pulsions qu'il n'avait jamais connu auparavant, plaçant tout sur le dos de la première personne venu pouvant porter ces accusations. Après tout, cette fille, il ne la connaissait pas et il lui avait bien semblait qu'elle avait déjà usé de son pouvoir sur lui. c'était un fait. Il n'aurait su dire quand elle l'avait fait mais il en était sûr. Il se retourna lentement, rassuré et s'immobilisa légèrement intimidé par cette accélération des choses, les yeux fermé vers une femme dont il ignorait la position exact.

-Hum... Heu... J'ai presque terminé... Vous voulez que je sorte peut-être...

Il se sentit soudain ridicule, les yeux fermés, nu devant cette femme qu'il ne pouvait regarder... Immobile, il ne sut quoi faire et n'osa plus bouger d'un millimètre, regardant dans une direction quil pensait être la bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/acceptation-de-vos-personnages
Judith Sparrow
Elève X-men catégorie 3
*Animatrice Journaliste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 30
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Empathie, contrôle des sentiments et sensations.
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier: Strip teaseuse
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Lun 23 Juin - 11:32

Judith, avant de rentrer dans la salle de bain avait entendu des bruits. De voix. Etrange. Cela lui avait beaucoup fait penser aux discussions avec Iblis. Il se manifesta d'ailleurs, inquiet pour elle.

*Tu sais, ce garçon ne me dit rien qui vaille. Il a un double inconscient ou je ne m'y connais pas. Et ce double t'en veux. Il pense peut-être que tu manipules son collocataire.*

*Mais Iblis, tu sais très bien que je n'ai pas fait usage de mon pouvoir sur Math. Je l'aime le plus sincèrement du monde.*

*Va dire ça à celui qui veut te faire la peau.*

*Mathéo ne le permettra pas.*

*Mais tu rêves ma pauvre fille, il ignore jusqu'à l'existence de ce double, tu l'as vu toi même !*

Judith devait reconnaitre qu'Iblis avait raison. Se jettait-elle dans la gueule du loup. Elle s'en fichait. Elle aimait Mathéo. Elle l'aiderait à prendre conscience de ce double et à lutter contre lui. Judith entra donc et Iblis, toujours pas pudeur s'eclipsa. Mais Judith le sentit prêt à intervenir si le besoin s'en ferait sentir. Mathéo était de dos et il fut apparement surpris. Judith sourit. Elle passa sa main sur les lèvres du jeune homme. Celui-ci posa une question qui faillit faire rire Judith. Non seulement la pudeur le conduisait à la vouvoyer mais en plus il lui demandait s'il voulait qu'il sorte. Lorsqu'il ouvrit les yeux, il regarda vers elle et elle plongea son regard dans celui de Mathéo. Elle se rapprocha lentement de lui, caressant son torse du bout des doigts. Elle déposa un doux baiser dans son cou et le regarda, attendant une réaction, une initiative bien qu'elle avait l'impression qu'il ne souhaitait qu'une seule chose, sortir d'ici en vitesse !

Elle resta ainsi, nue sous la douche en compagnie du jeune homme qui paraîssait ne pas savoir sur quel pied danser. Etait-ce son double qui lui sommait de lui tordre le cou. Judith avait été honnète avec Mathéo, elle n'avait pas utilisé son pouvoir sur lui, elle ne cherchait pas non plus à le mener par le bout du nez. Et elle avait peur que ce double maléfique le monte contre elle. Elle se rapprocha donc encore une fois. Elle murmura à son oreille.

Mathéo, je t'aime... Je ne t'ai jamais menti jusqu'à présent et je ne te mentirais jamais. Je t'aime pour ce que tu es. Et je veux que tu saches que je n'appartiens qu'à toi.

Un doux sourire, un sourire franc joua sur les lèvres de Judith. Elle rapprocha son visage de celui de Math et ses lèvres se mélèrent une fois de plus avec celles du jeune homme, dans un baiser fiévreux et... mouillé par la douche ^^.
Judith sentait Iblis remuer dans son inconscient. Il restait à l'affut du moindre mouvement anormal du jeune homme. Cela ne lui plaisait pas de devoir assister à ce genre de scène mais il se devait de protéger la jeune fille. Aussi se tenait-il prêt à riposter et à prendre le contrôle du corps de Judith à la moindre trace d'agressivité de la part de Mathéo. Iblis n'avait jamais utiliser cette faculté de contrôler le corps de sa colloc, mais si cela pouvait lui sauver la vie, il n'hésiterait pas une seconde.
Pendant les réflexions du double, le couple n'avait pas desseré son étreinte, bien au contraire. Judith se sentait bien dans les bras de Mathéo et n'aurait voulu être ailleurs pour rien au monde.

_________________

Si l'amour est un rêve, alors laisse-moi dormir...
ABSENTE DU 3 AOUT AU 1ER SEPTEMBRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/x-men-f38/fiche-de-judith-spar
Mathéo Flakser
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Age : 26
Camp + groupe : neutre
Pouvoirs : vue ultra développée/vitesse accrue
Date d'inscription : 11/05/2008

Mutant life
Métier: sans emploi
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Lun 23 Juin - 17:42

Mathéo ne savait vraiment pas comment réagir... Que faire en cet instant. Il se doutait qu'elle était nue car il sentait les goutes d'eau l'éclabousser après avoir rebondit sur la peau certainement magnifique de cette femme.
Toujours hésitant, il finit par se lancer, ouvrant lentement les paupières, se concentrant le plus possible, posant apr chance les yeux sur ce qu'il espérait voir en les ouvrant : ces yeux si bleu qu'il s'y noyait chaque fois qu'il les regardait. Il réussit à focaliser ses iris sur cette beauté bleutée et ne pu une fois encore empêcher son champs de vision en voir plus qu'il ne l'aurait voulu... Cette femme était sublime... Il se laissa embrasser dans le cou, posant alors son regard sur une goutte d'eau contre la paroi et se laissant parcourir par un frisson qu'il ne put qu'apprécier que partiellement du fait d'être obligé de rester concentre sur une insignifiance flagrante. Lorsqu'elle le regarda de nouveau dans les yeux il se sentit fondre et ferma les yeux de peur de perdre encore le contrôle. Elle lui susurrait son amour à l'oreille et quelque chose bougea en lui. Il était mécontent de s'être fait coiffé sur le poteau... Oui, car désormais, ce n'était pas cette chose qu'il n'avait jamais pu assimiler qu'il écouterait mais cette femme qui lui disait qu'elle l'aimait.. Peut-être Mathéo était-il un peu enfantin dans son raisonnement, mais une personne qui l'aimait et qui lui disait ne pouvait pas mentir, surtout s'il ressentait ce qu'il ressentait en ce moment... L'envie de la prendre dans ses bras... L'envie de la serrer contre lui, l'envie de sentir sa poitrine contre la sienne, son ventre contre le sien... Sentir ses bras autour de lui et sa tête au creux de son cou... Mathéo profita pleinement de ce moment, fermant férocement ses paupières pour être sûr que son satané pouvoir ne vienne pas tout gâcher. La serrant fort pour être sûr qu'elle ne partirai pas.

Un long moment s'écoula comme l'eau qui les aspergeait avec patience... Mathéo en avait perdu la notion tellement il se sentait bien. Il la lâcha finalement, ouvrit timidement les yeux, souriant de bien être et plongea encore son regard dans le sien. cette fois-ci il n'eut aucune gêne a apprécier le corps de cette jeune femme que tant d'autre avait payé pour voir et que lui seule voyait gratuitement mais surtout pour lui seul. Il n'en avait rien à faire qu'elle se montre nue devant d'autres personne... Tout ce qui l'importait était qu'elle puisse le faire pour lui dans un autre état d'esprit. il se doutait que lorsqu'elle travaillait, elle ne souriait pas ainsi, elle n'appréciait peut-être pas le faire... Peut-être que si après tout, mais lui, il savait que lui, il ne la regarderai jamais comme ces pervers sans retenue.

Lentement, très lentement, il posa sa main sur sa hanche, puis l'autre sur sa joue, il approcha ses lèvres des sienne, gardant le reste de son corps loin d'elle, ne faisant entrer en contact que ses mains et sa langue avec son corps et ses lèvres. Il attendit qu'elle ouvre la bouche, ne voulant pas la forcer, ne faisant que lui lécher avec amour les lèvres, les yeux de nouveau fermer, voyant par le toucher... Lorsqu'elle ouvrit la bouche, il l'embrassa avec amour pour la première fois et se fut long... très long... Il profita de ce moment si doux et si enivrant jusqu'à ce qu'il se rende compte que l'eau qui lui tombait dessus commençait à refroidir. Il arrêta doucement de l'embrasser, se recula, ferma l'eau et la regarda avec amour, les yeux toujours focalisé sur ses iris.

-Merci pour cette douche...

Il souriait encore mais uniquement car il était heureux. Il ne se moquait pas ni ne cherchait à être salace. Il était tout simplement heureux. Il l'embrassa encore en la poussant hors de la douche et attrapa des serviettes et ses lunettes. Alors qu'ils se séchaient, il ne la quittait pas du regard, la détaillant sans vergogne, heureux de la savoir tout à lui. Heureux de la savoir l'aimer et rassuré de ne pas avoir encore une fois à écouter cette violence qui cherchait sans arrêt à le contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/acceptation-de-vos-personnages
Judith Sparrow
Elève X-men catégorie 3
*Animatrice Journaliste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 30
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Empathie, contrôle des sentiments et sensations.
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier: Strip teaseuse
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Mar 24 Juin - 19:10

Judith ressentait des sentiments totalement contradictoires. Elle ne regrettait pas son geste, d'être entré sous la douche en compagnie de son amoureux mais elle était désapointée par la réaction de Mathéo. Peut-être le mettait-elle mal à l'aise ? Ce n'était pas son but mais elle se sentait tout à coup génée. Oui, elle allait sûrement trop vite. Elle s'en voulait de ne pas être plus patiente et plus calme. Iblis sembla, du fond de sa conscience, approuver ses pensées. Bien sûr, Mathéo ne l'avait pas repoussé, ne lui avait pas dit de sortir mais ce dernier avait fermé les yeux, comme en proie à un vertige affreux puis avait tenté de fixer son regard dans le fond de ses yeux. Elle soupira. Elle aurait aimé parler, lui expliquer ce qu'elle ressentait mais sa gorge se serrait et l'empêchait de dire quoi que ce soit.
Mathéo bougea alors. Il posa sa main sur sa hanche, l'autre attira le visage de Judith contre le sien. Elle soupira. Sa peau s'embrasait au contact de celle de Math. Elle sentit les lèvres du jeune homme se coller aux siennes, sa langue caressant sa bouche, comme une demande. Elle sourit et entrouvrit la bouche. Un long baiser, doux et chaud débuta alors, le plus long qu'ils aient échangés jusqu'à présent. Judith se sentait tellement bien dans les bras de Mathéo... Il savait la calmer, la rassurer, bref il la comblait par son amour. Judith commença à frissoner. L'eau lui paraissait froide à présent. Mathéo semblait ressentir la même chose et il s'écarta d'elle avant de fermer l'eau. Ils sortirent et se séchèrent, échangeant des regards équivoques, se dévorant l'un l'autre du regard. Judith ne pouvait détourner les yeux du corps magnifique de Mathéo. Une lueur tendre et douce brillait dans ses pupilles et elle irradiait l'amour.

Judith noua une serviette au dessus de ses seins et avec un clin d'oeil, elle quitta la salle de bains. Elle rejoignit la chambre. Elle restait plongée dans ses pensées, légèrement inquiète. Ses vêtements étaient pliés sur le lit. Son regard se posa donc sur ce lit double, son coeur battant la chamade. Hum... Elle n'avait pas d'autre endroit où faire dormir son hôte et vu le type de relations, elle n'allait pas aller dormir sur le canapé ! Iblis glissa :

*Te poserais-tu la question de savoir si tu vas t'offrir à lui, par hasard ?*

*Ta perspicacité m'étonnera toujours.*

*Je n'ai aucun mérite à savoir lire ce que tu as dans la tête puisque je m'y trouve.*

*Effectivement.*

*Je ne vois pas pourquoi tu t'inquiètes. C'est totalement physiologique et naturel. Le corps d'une femme et d'un homme sont faits pour ça d'ailleurs.*

*Iblis, tu ne comprends rien. Laisse tomber.*

Iblis s'éclipsa donc, laissant Judith pensive. Elle n'avait d'ailleurs pas entendu Mathéo entrer dans la pièce. Elle sentit des mains sur ses hanches et frissona. Que faisait-il ?

_________________

Si l'amour est un rêve, alors laisse-moi dormir...
ABSENTE DU 3 AOUT AU 1ER SEPTEMBRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/x-men-f38/fiche-de-judith-spar
Mathéo Flakser
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Age : 26
Camp + groupe : neutre
Pouvoirs : vue ultra développée/vitesse accrue
Date d'inscription : 11/05/2008

Mutant life
Métier: sans emploi
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Mer 25 Juin - 16:19

Un fois de plus, Judith le laissa seul quelques instants... L'autre en profita pour pointer le bout de son nez, bien évidemment. Mathéo posa les yeux sur son reflet qui le regardait l'air écœuré dans le miroir. Le jeune mutant mit une serviette autour de sa taille et lui renvoya un regard déterminé.

*Tu y crois vraiment?*
*Oui*
*Abrut'...*
*La ferme! J'ai compris désormais! Mes trous de mémoire! Mes histoires incompréhensible! Mes souvenirs inexistant! C'était toi!*

L'autre détourna le regard comme prit en faute. Mathéo perdit pied. Il avait lancé ces accusations sans grande conviction, mais le silence de son double lui confirma toutes ses craintes. Son visage se ferma brutalement et un regard haineux se posa de nouveau sur le reflet dans le miroir.

*Pourquoi?*
*...*
*Pourquoi?*
*Pour te protéger...*
*Me protéger? Me protéger de quoi? C'était me protéger que de me faire renvoyer de l'école? De me donner une image de menteur devant mon père? De me retirer son estime? Tous ces bleus! Ce n'est pas toi qui les a porté sans savoir d'où ils venaient... Ces douleurs dans les phalanges... Ces fronts rouge, bosselés et parfois égratignés! Comment as-tu osé te servir de mon corps pour assouvir tes pulsions?*
*Nos pulsions... Lorsque tu t'es fait renvoyé de l'école, ce n'est pas parce que tu as frappé sans raison un élève, c'était pour t'être défendu contre le préféré de la directrice. Bien sûr, cette vieille peau, que tu n'aimais pas non plus d'ailleurs, a protégé son chouchou et a tout mis sur ton dos! Pourriture celle-là! Quant à papa...*

Le reflet baissa les yeux et eut un sourire jaune.

*Papa... Quoi que nous aurions fait... Jamais nous ne lui aurions convenu... Il t'a pris pour un menteur, il t'aurait prit pour une brute si j'étais resté trop proche de toi. Et tu es trop faible! Jamais tu n'aurais pu supporter la vue de ces dents qui s'envolaient lorsque nos poings frappaient la mâchoire de tous ces... Et tout ça pour nous protéger...*

Le reflet s'arrêta soudain, posant ses yeux humides sur ceux perdus de son original.

*Mat'... Je ne suis que toi... Ne me prends pas pour un monstre.... Je n'ai fait que te protéger.. J'ai sacrifié mon existence pour que tu vives heureux...*

Mathéo se ressaisit et reprit un regard de dégoût.

*Et maintenant tu veux tuer la seule femme qui n'a jamais osé nous approcher? Quel âge as-tu pour ne pas voir que notre vie est un échec? Nous sommes à la rue, obligé d'accepter la charité d'une femme sublime qui doit me prendre pour un fou à force de me voir si perdu à essayer de te comprendre...*

Le reflet garda le silence, les yeux toujours plein de larmes ne voulant pas tomber. Après un moment , il sourit et reprit la parole.

*Tu dis "nous"...*

Mathéo se redressa l'air surpris. Il venait de s'en rendre compte... Oui... Cet être violent faisait parti de lui... Le détester revenait à s'avouer un peu plus qu'il était devenu quelque chose qu'il n'aimait pas. Oui... Sa vie était un échec... Son père était mort sans qu'il puisse tenter de se racheter à ses yeux, sa mère aussi, pensant qu'il était perturbé... Jamais il ne leur avait avoué ce qui le rendait si différent, les seuls personnes à qui il aurait voulu en parler, pour la première fois de sa vie, il s'en rendait compte... Kaherine Pride... Judith Sparrow... Pourquoi leur avoir avoué si facilement sa mutation? Parce que ceux à qui ils auraient voulu le dire n'était plus... Pour la première fois depuis leur mort, Mathéo regrettait le départ de ses parents... Il sentit un liquide au coin de ses yeux, sa vue se brouiller... Pour la première fois depuis des années, Mathéo pleurait... Il souriait aussi, en repensant aux moments passé avec eux... Ses yeux se posèrent sur le reflet dans le miroir et il se reconnu en lui... Cela faisait plus d'une dizaine d'année qu'il n'avait plus fait attention à son reflet... Peut-être fuyait-il inconsciemment ce moment où il devrait s'expliquer... Pourquoi ce soir tout avait changé? Peut-être parce que dans la pièce d'à côté, il y avait une femme pour qui il avait envie de redevenir lui même... Enfin... Après tant d'années à se fuir....

Mathéo leva une main et sourit de plus belle en voyant son reflet en faire de même. Les larmes dans ses yeux se libérèrent enfin de ses cils et roulèrent sur ses joues aussi bien devant que derrière le miroir... Il posa la main à la surface du miroir comme pour tenter d'entrer en contact avec cette moitié de lui même qui s'était tant éloignée et un murmure s'échappa d'entre ses lèvres salées par ses larmes de joies mélancolique.

-Pardon...

Il attrapa une autre serviette, s'essuya les yeux, ne rompant jamais le contact entre les deux mains, matérielle et immatérielle. Il se sourit une dernière fois et fit volte face, un sourire triste toujours accroché au visage. Il arriva dans la chambre et trouva Judith debout dans la chambre, certainement entrain de l'attendre ou bien de réfléchir à quelque chose. Il l'admira un moment ,profitant de sa presque nudité. Après ce moment de contemplation, il la prit par les hanches, sur la serviette, et plaça ses lèvres près de son oreille.

-Je suis très fatigué. Je vais dormir dans le canapé. Je te suis vraiment très redevable de m'offrir déjà un toit pour la nuit. Encore pardon et surtout merci pour cette douche. C'était magique.

Il déposa un baiser sur sa joue et sortit de la cambre sans vérifier si elle se retournait. Il ferma la porte derrière lui et retourna dans la salle de bain, jetant un rapide coup d'œil à son reflet qui ne différait plus de lui même. Il enfila le débardeur que Judith lui avait donné. Trop petit... il sourit et le retira pour se pencher sur le pantalon qu'elle lui avait également prêté... Le seul sous-vêtement qu'il lui restait était trempé... Il se résigna donc, resserra la serviette autour de son bassin et alla dans le salon, trouva un canapé assez long pour qu'il s'y allonge à son aise. Il n'avait pas de couverture ni d'oreiller mais il avait un toit... C'était de toutes façons plus que s'il était resté dans la rue. Il regarda un instant le plafond, ferma les yeux, retira ses lunettes, les posa sur la table basse devant le canapé et ne tarda pas à s'endormir. Un bras sur le ventre pour couverture, l'autre derrière la tête pour oreiller, ses jambes recouvertes seulement au niveau des cuisses étendues jusqu'à l'accoudoir... Ce n'était pas un quatre étoiles mais ça n'empêcha pas Mathéo de rêver de son passé, renouant peut-être d'une certaine façon avec son autre moitié qui lui éclairait toutes les zones d'ombre qu'elles avait elle même créé... Jimmy et ses dents volantes... Jayson et son front contre le sien... Arnold et ses côtes brisés... Jack et son genoux retourné... Et son patron; son poing dans son menton.. lorsque Mathéo revécu cette scène en songe, il ne put s'empêcher de ressentir une sensation de bien être qui finit de renouer des liens entre lui et... lui même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/acceptation-de-vos-personnages
Judith Sparrow
Elève X-men catégorie 3
*Animatrice Journaliste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 30
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Empathie, contrôle des sentiments et sensations.
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier: Strip teaseuse
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Mer 25 Juin - 17:00

Judith n'avait bien sûr rien surpris de la conversation entre Mathéo et lui même. Elle n'en soupsonnait pas l'existence. Elle était elle-même en pleine discussion avec Iblis. Mais ce dernier avait un ton toujours aussi sarcastique et détaché de la situation qui la rendait furieuse. Iblis voyait en elle comme un livre ouvert alors que Judith se voilait parfois la face, par pudeur, morale ou tout autre raison.

*Tu meurs d'envie qu'il te rejoigne, c'est tout.*

*Peuh ! Bien sûr que non voyons ! Je m'en fiche royalement. Il va où il veut.*

*La mauvaise foi est aussi une caractéristique des humains, je l'oubliais.*

*Iblis, tu m'énerves !*

*C'est parceque je dis la vérité. Mets toi à la place de ce garçon. Il possède aparement un double psychique. Mais lui l'ignore. Et s'il le découvrait ? Il pourrait réagir de manières violentes.*

*Non, pas Mathéo. Il ne me ferait jamais de mal.*

*Moi je persiste à dire qu'un homme qui ne t'a pas encore sauté dessus pour te croquer, c'est qu'il a quelque chose qui ne tourne pas rond dans la tête.*

Judith tapotait du pied, agacée. Iblis la mettait mal à l'aise. Et ses remarques étaient cependant pertinentes. Elle savait que le jeune homme devait être perturbé. Il n'était pas chez lui. Ils s'étaient rencontré depuis quelques heures à peine. Tout s'était passé si vite. Judith ne regrettait abolument rien. Mais elle se demandait si tout ça n'effrayait pas Mathéo. Elle soupira lorsqu'elle sentit des mains effleurer ses hanches avant de s'y poser. Elle pivota sur elle même et sourit en voyant le visage de Math. Elle remarque intérieurement ses yeux rouges mais, ne souhaitant pas être indiscrète, elle ne posa aucune question. Les paroles de son amoureux la remplirent à la fois de joie et de tristesse. La joie de ses remerciements. La tristesse de savoir qu'il préférait ne pas partager sa couche. Elle comprenait. Cela ne l'empêchait pas d'être déçue mais elle comprenait. La porte se referma sur Math et Judith soupira. Elle s'allongea dans son lit, sachant pertinement qu'elle ne pourrait trouver le sommeil. Iblis pointa le bout de son nez.

*Alors ma belle, pas trop déçue ?*

*Iblis, arrête, t'es pas drôle...*

*Et ta quête à toi ? Hum ? Il ne s'agirait pas de l'oublier ! Tu es toujours décidée à retrouver la trace de tes parents biologiques et à leur coller la pâté ?*

Un sourire carnassier joua sur les lèvres de Judith. Elle clama dans sa tête :

*Et comment ! Plus que jamais !*

Judith ignorait encore comment s'y prendre mais elle ne voulait pas abandonner. Pour rien au monde. Dut-elle y passer sa vie. Elle entendit des bruits de l'autre côté. Elle tendit l'oreille et comprit que Math parlait dans son sommeil. Un pincement lui serra le coeur et elle posa machinalement la main sur la place vide à ses côtés. La conversation d'Iblis lui retira sa mélancolie.

*Déjà, tu pourrais prendre des renseignements auprès des clients du bar où nous travaillons.*

*C'est une idée. Mais je devrais dans ce cas pouvoir discuter avec des flics. Eux sont peut-être au courant de quelque chose.*

*Un seul conseil, ma chère. Quelque soit la personne que tu tentes d'approcher, soit armée.*

Judith approuva silencieusement. Une strip teaseuse qui aborde un client, cela peut très bien être perçu comme des avances. Et elle ne souhaitait pas avoir des problèmes. Judith sentait le sommeil commencer à alourdir ses paupières. Elle bailla et lutta encore quelques heures. Mais Morphée fut le plus fort et elle sombra dans des rêves tourmentés dont elle ne garda aucun souvenir...

Les premiers rayons du soleil la réveillèrent. A moitié. Elle était encore somnolente et une impression étrange de n'être pas seule dans son lit la saisit. N'importe quoi, elle était encore à la frontière du rêve, voila tout ! Iblis était profondément endormi. Etait-ce un rêve ? Ou y avait-il bien un souffle près de son oreille ?



_________________

Si l'amour est un rêve, alors laisse-moi dormir...
ABSENTE DU 3 AOUT AU 1ER SEPTEMBRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/x-men-f38/fiche-de-judith-spar
Mathéo Flakser
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Age : 26
Camp + groupe : neutre
Pouvoirs : vue ultra développée/vitesse accrue
Date d'inscription : 11/05/2008

Mutant life
Métier: sans emploi
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Mer 25 Juin - 17:56

Son père... Il fait la tête mais sa femme sourit plus que tout... elle est aux anges. Elle a réussi à convaincre on mari de faire cette achat... Pour lui... Pour leur fils. Son père se force à sourire. Pas beaucoup. Au fond de lui, il est heureux de pourvoir enfin faire un cadeau à son fils... C'était pour son BAC après tout. Ça se fête ce genre de chose. Le père lui donne et lui caresse la tignasse déjà plus longue que courte... Il sourit désormais face au visage radieux que son fils tourne vers lui. La mère lui saute au cou puis à celui de son fils en l'incitant à la mettre. Il la met. Elle est magnifique. Elle brille. Son père est parti. Sa mère dit qu'il est très fier même s'il ne le montre pas assez. Il veut écouter le Tic-Tac, comme dans les films. Il l'approche de son oreille, ferme les yeux, écoute...

Quelque chose lui rentre dans la joue et un tic-tac lui anime ses paupière fermées. Il ouvre soudain les yeux, se redresse, se masse la joue et se rend soudain compte de la présence d'un objet qui lui pèse au poignet. Il place une montre devant ses yeux et n'arrive pas à comprendre comment elle a put arriver là. Le rêve lui revient en mémoire. Il a dut lui cacher... Tant d'année à rester seul, enfermé dans une enveloppe si différente de lui... Mathéo comprends qu'il se soit accroché à ce souvenir et lui ai caché l'existence de ce cadeau... Mathéo n'en avait aucun souvenir et son autre lui avait du lui masquer son existence depuis qu'elle était là... Le jeune mutant est un peu déçu de ne pas avoir pu profiter de ce souvenir du vivant de son père... C'était peut-être la seul marque d'affection qu'il lui avait porté... Mais il pardonne... Et puis... c'est d'autant plus beau de se souvenir finalement de ce genre de chose pour avoir une image vraiment heureuse de quelqu'un qu'on a perdu... Non?

La montre indique sept heure du matin. Très bien. Mathéo se lève, divague dans l'appartement, va chercher son boxer qu'il avait mit à sécher la veille au soir dans al salle de bain. Il est sec désormais. Le pantalon que Judith lui a prêté lui va assez bien... Bon... C'est pas le pantalon viril type mais ça peut passer pour un vêtement masculin quand on ignore qui l'a porté avant... Mathéo s'en convainc en tout cas. Il se sourit dans la glace, partageant avec lui même son ridicule. Il trouve ensuite la cuisine. Il fouille, inspecte et arrive finalement dans la chambre de son hôte.

Silencieusement. Doucement. Il arrive au chevet de cette magnifique femme. Elle est sous les couettes mais sa serviette dépasse légèrement sur sa droite. Mathéo devine qu'elle a dut s'endormir comme ça et qu'il ne vaut mieux pas soulever les draps sous peine de la mettre certainement mal à l'aise. il doit cependant un peu lutter contre cette envie de la voir nue encore un peu. Il s'accroupit prêt de sa tête, devant la table de chevet. Elle dort si bien. Il n'ose pas la réveiller. Un sourire se dessine sur les lèvres du jeune mutant, contemplant cette magnifique jeune femme... En équilibre sur ses orteil, les jambe repliées, il ne sait plus quoi faire de ce qu'il tient... C'est que ça finirai par être lourd... Il devrait le poser. Mais où? Trop tard! Mathéo n'a déjà plus le temps de penser à ça, ces yeux bleu magnifique s'ouvre plus beau que jamais. Ses paupières sont encore lourde et mal lubrifier... Mathéo sourit derrière ses lunettes. Les femmes sont tellement plus belle au naturelle...

-Bouh...

Il sourit comme un gamin et se redresse fermant les yeux pour éviter de voir ce que les couettes qu'elle a remuer en s'étirant ont dévoilé à sa vue. Bien sûr, ce n'est pas parce que c'est laid... bien au contraire, mais il préfère qu'elle lui offre le spectacle plutôt qu'il ne le lui vole. elle s'est installé et recouverte chastement certainement et il ose ouvrir les yeux de nouveau. Il lui sourit pour lui dire qu'il a bien dormi, qu'il est heureux d'être ici, qu'elle est belle... Mal réveillé, elle n'a sûrement pas remarqué ce qu'il tient entre les mains... Toujours souriant il lui pose alors sur les jambes un plateau joliment orné de tartines, d'un bol de café et d'un verre de jus d'orange en s'asseyant sur le bord du lit en même temps. Ce n'est pas très stable alors il garde le plateau entre les mains... Ce serait dommage de tout renverser... Surtout qu'il a cherché un moment avant de réussir à dégotter la confiture, le beurre et le grille pain...

-Room-service mademoiselle!

Dit-il les mains prise et les lèvres aussi d'ailleurs... C'est que c'est encombrant un si grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/acceptation-de-vos-personnages
Judith Sparrow
Elève X-men catégorie 3
*Animatrice Journaliste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 30
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Empathie, contrôle des sentiments et sensations.
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier: Strip teaseuse
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Ven 27 Juin - 13:09

Le rêve est toujours sur elle. Elle soupire et gémit dans son sommeil. Judith en entrouvrant les yeux a aperçu une ombre, accroupie près de sa tête. Et cette ombre est entrée dans ses cauchemards... Elle se sent tirée, agrippée par cette ombre au sourire ricanant et violent. Elle se sent tomber, dans un vide noir et infini. La voix d'Iblis bredouille :

*Ce n'est qu'un rêve... Je serai toujours là... Je...*

Il a du se rendormir et Judith continue sa chute vertigineuse. Quand soudain, une main lui saisit le poignet et l'empêcher de poursuivre dans le gouffre sans fond. Elle regarde le visage de son sauveur. Mathéo... Son doux sourire la rassure. Il la tire vers lui et la fait s'assoir sur la plate-forme. Une douce étreinte. Sentir son coeur battre contre elle, c'est si doux ! Un long baiser, les vêtements tombent un à un. Sa peau contre la sienne, si ennivrant... Lui, elle, ils ne font qu'un. Un regard. Des sourires. Judith ouvre les yeux. Mathéo est là. Il la regarde avec ce sourire qu'elle connait bien. Elle le lui rend, dans un demi sommeil. Le temps qu'elle se réveille, Mathéo s'est assis sur le lit. Judith s'étire. Et là, elle vient de remarquer ce qu'il lui tend. Un magnifique plateau petit déjeuner. Elle le regarde, le coeur battant. Il est si prévenant.

Oh, merci Mathéo ! Tu es un amour !

Elle attrape le plateau et le pose prudement à côté d'elle, sur la table de nuit. Elle plonge son regard dans celui du jeune homme. Son rêve lui trotte encore dans la tête. Des mèches de cheveux tombent dans les yeux de Mathéo, toujours accroupi sur le lit. Alors, Judith retire la couverture, nulle pétale ne couvrant plus sa nudité. Un tendre sourire joue sur ses lèvres. Elle se rapproche de Mathéo. Ses lèvres effleurent les siennes, goûtant encore et encore avec délice ces lèvres parfumées. Elle le pousse doucement et Mathéo se retrouve alongé sur le dos. Judith continue de l'embrasser, se mettant à califourchon sur lui. Elle dépose des baisers brûlants dans le cou de son chéri, s'abreuvant avec adoration de l'odeur de sa peau et de son goût sucré. Le pantalon qu'elle lui a prêté fini sa course au pied du lit. Judith regarde longuement Mathéo. Serait-ce pour lui demander une permission ? Son avis ? Elle rapproche son visage de l'oreille du mutant et murmure :

Je suis à toi, mon amour. A jamais...

[hj : Désolée pour le petit post.... snif Pas trop d'inspi ^^]

_________________

Si l'amour est un rêve, alors laisse-moi dormir...
ABSENTE DU 3 AOUT AU 1ER SEPTEMBRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/x-men-f38/fiche-de-judith-spar
Mathéo Flakser
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Age : 26
Camp + groupe : neutre
Pouvoirs : vue ultra développée/vitesse accrue
Date d'inscription : 11/05/2008

Mutant life
Métier: sans emploi
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Ven 27 Juin - 23:53

Mathéo sourit, elle posait le plateau sur la table de nuit ce qu'il voulait dire qu'il allait piocher dans les tartine. Il n'avait pas encore petit déjeuné non plus et la perspective de partager la nourriture avec Judith lui plaisait assez... Elle ce qui lui plaisait n'avait pas l'air d'être son plateau... Mathéo se laissa faire, ne ripostant rien, se laissant dominer puis mettre à terre (ou plutôt au lit) par cette nymphe et l'écouta lui susurrer encore quelques promesses qu'il n'avait plus besoin d'entendre mais qui lui faisaient à chaque fois plus plaisir que la dernière. Ils étaient tous les deux nus désormais, le boxer n'ayant pas résisté au charme des pieds nus qui avait fait l'affaire du pantalon et donc du sous-vêtement par la même occasion. Mathéo se découvrit finalement un esprit d'initiative qu'il ne se connaissait pas encore. Cette femme l'inspirerait-elle? Peut-être... Leurs bouches se rencontrèrent, leurs yeux s'embrasèrent, leurs mains s'égarèrent. (Et oui... Oral de français oblige!^^).

Mathéo rouvrit les yeux qui s'emballèrent immédiatement. Il avait finit par retirer ses lunettes. Il se concentra un instant, retrouva ses lunettes, les rechaussa et regarda sa montre. Il se rendit compte qu'il adorait l'admirer maintenant qu'il s'était rendu compte de sa présence. Il était environ onze heure. Le jeune homme tourna lentement le regard sur la tête brune qui s'appuyait sur son torse nu. Elle dormait paisiblement. Il sourit. Elle était si belle... Sa main douce est posé sur son ventre près de son visage. Les draps sont légèrement retiré et lui offre une vu magnifique sur son dos jusqu'au début de ses fesses... Mathéo laissa s'égarer le bout de ses doigt sur la tranche de la jeune femme allongé de profil, repoussant encore un peu les draps, découvrant sa cuisse repliée sur la sienne.. Il avait l'impression qu'elle voulait le retenir... Qu'elle avait peur qu'il parte.. Mais pourquoi le ferai-t-il? Comme pour la rassurer, il fit glisser ses doigts sur son corps, remontant ses courbes jusqu'à son épaule, descendant le long de son bras pour finalement arriver à sa joue qu'il caressa doucement. Il posa la paume de sa main contre sa peau douce, lui redressa passionnément le visage, approcha le sien et embrassa avec amour cette femme qui l'attirait tant, glissant ses doigts sur son corps jusqu'à sentir un frisson la parcourir. Il embrassa une dernière fois ses lèvres et plongea son regard noisette dans cette océan azure qui le regardait l'air encore un peu fatigué.


-Bon... Je crois que c'est râpé pour mon petit déjeuné surprise... Je vais plutôt aller préparer le déjeuné... Qu'en penses-tu?

Il lui embrassa le front et lui dégagea le visage d'une de ses mèches d'ébène, la dévorant du regard, un sourire malicieux sur le visage. Il était aux anges d'être dans les draps d'une famme si belle et si aimante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/acceptation-de-vos-personnages
Judith Sparrow
Elève X-men catégorie 3
*Animatrice Journaliste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 30
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Empathie, contrôle des sentiments et sensations.
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier: Strip teaseuse
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Mer 23 Juil - 12:45

Judith s'était endormie dans les bras de celui qu'elle aimait plus que tout. Elle était nichée contre son torse, sa respiration calme et régulière rompant seule le silence matinal de la chambre. Judith rêvait. Elle ressentait du bonheur jusque dans ses rêves. Un sensation de bien-être, de plénitude. Elle avait rencontré l'homme avec lequel elle voulait faire sa vie. Elle s'était donné à lui durant la nuit et au réveil, elle savait qu'elle le retrouverait contre elle, à sa plus grande joie. Judith plongeait avec délice dans ses rêves. Iblis était présent bien sûr. Elle l'imaginait à l'extérieur de son corps, comme un homme typé arabe, grand et ténébreux. Un ami. Qui lui souriait et l'emmenait dans des chemins inconnus. Au bout de ce chemin, elle détecta une forme obscure. Un rayon de soleil frappa cette forme. C'était Mathéo. Sourire aux lèvres, il lui tendait les bras et lui faisait signe d'approcher. Judith courut vers lui, en riant et se jeta dans ses bras. Elle oublia la suite du rêve. La suite ? Son esprit ne garda pas en mémoire la transformation du Mathéo rêvé en monstre et le déchiquettage de sa belle.
Non, Judith dormait paisiblement. Elle sentit une douce pression sur son flan qui la fit frissoner. Elle commençait à émerger du sommeil et elle comprit que Mathéo effleurait de ses doigts ses côtes. Le drap avait été repoussé. Elle sentait l'air frais la caresser en même temps que Mathéo. Un doux sourire joua sur ses lèvres. Elle adorait ses caresses, surtout comme réveil. C'était le plus doux des réveils au monde. Elle poussa un petit gémissement et frotta un peu sa cuisse contre la jambe de Mathéo. Elle sentit la caresse se déplacer sur ses hanches, son bras et enfin sa joue. Mathéo attira son visage et un tendre baiser acheva de la réveiller. Elle répondit avec passion à cet incroyable baiser. Elle était si heureuse. Les mains de Mathéo continuaient de la caresser, lui provoquant des frissons fort agréables... Judith savait qu'ils allaient affronter de sombres moments, eu égard aux circonstances, mais elle avait confiance, ils les affronteraient ensemble. Elle ouvrit enfin les yeux lorsque le baiser se termina. Elle sourit, d'un sourire lumineux à la remarque de Mathéo.

Oui, effectivement... Excuse-moi d'avoir ainsi gâché un aussi joli plateau de petit déjeuner mais je préfère te croquer toi comme petit déj !

Un clin d'oeil complice vint ponctuer cette remarque. Mathéo l'embrassa sur le front et passa sa main dans ses cheveux. Elle caressa du bout des doigts sa joue, descendant ensuite sur sa poitrine, savourant le contact de la peau si douce du jeune homme. Elle avait trouvé l'homme idéal et elle ferait tout pour qu'ils ne se quittent jamais.

Je t'aime Mathéo, tu sais ? Jamais je n'ai autant aimé quelqu'un...

_________________

Si l'amour est un rêve, alors laisse-moi dormir...
ABSENTE DU 3 AOUT AU 1ER SEPTEMBRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/x-men-f38/fiche-de-judith-spar
Mathéo Flakser
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Age : 26
Camp + groupe : neutre
Pouvoirs : vue ultra développée/vitesse accrue
Date d'inscription : 11/05/2008

Mutant life
Métier: sans emploi
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Mer 23 Juil - 14:59

Mathéo eut un sourire radieux lorsque Judith lui fit quelques sous-entendus assez... explicite. Lui aussi avait beaucoup aimé ce petit déjeuner... Elle le caressait à son tour et il aimait ça. Ce contact si proche, si aimant, affectueux... Il allait essayer de répondre quelque chose qui aurait certainement été un peu stupide mais aussi qui aurait fait sourire sa compagne, cependant, les mots qu'elle prononça ensuite, cette déclaration d'amour... ce n'était pas la première qu'elle lui faisait ce genre de discourt mais cette fois c'était plus solennel, plus fort, plus remplis de promesse, de scellés, de panneau lui indiquant une route déjà toute tracée et pavée de sentiments qu'il ne connaissait pas. Elle lui parlait d'amour, lui qui n'avait connu que l'amour maternel d'une mère qui avait tout de même un peu peur de lui. Il n'avait jamais eu de marque d'affection de son père si ce n'est cette montre que sa mère avait presque forcé son mari à acheter. Il n'avait jamais eu de contact aussi proche avec une personne du sexe opposé que sa rencontre furtive avec la jeune Kitty la veille et dans le passé, seul les brimades de ses camarades, les regards effrayés des personnes qu'il rencontrait ou les regards indignés des parents des élèves qu'il avait pus frapper comme les professeurs... Non, le passé de Mat n'était pas irradié de tendresse, qu'elle soit familiale ou bien anodine. En venant à New York il avait rencontré l'indifférence générale qui touchait tout le monde. Au moins, au milieu de tous ces solitaires, il se sentait normal...

Quoi qu'il en soit, son passé rejaillis à sa figure lorsqu'elle lui avoua ses sentiments si profond. Son sourire ne tomba pourtant pas. Il continua de la regardait mais son air joyeux eu un petit quelque chose de triste. En voulant lui faire plaisir, elle lui avait transpercé le ventre.

-Je vais aller mettre la table. Je connais bien la cuisine maintenant. Ne t'en fais pas.

Il ne lui en voulait pas. C'est juste que ce nouveau sentiment était pour Méthéo encore trop inconnu et il avait du mal à le prendre à sa juste valeur. Il lui faudrait sans doute encore un peu de temps à recevoir autant d'amour d'un coup. Le mutant s'était levé, avait de nouveau enfilé son boxer et le pantalon de Judith pour finalement lancé un dernier sourire à Judith avant de sortir de la chambre pour regagner la cuisine où il commença à préparer ce qu'il faisait de mieux: la purée en saché avec deux steack de boeuf qu'il avait trouvé dans le congélateur. Une goutte tomba de son visage et disparut dans un léger crépitement dans la poêle. Ce fut la seule et unique larme qui ruissela sur sa joue avant qu'il ne se reprenne et se concentre sur la cuisine qui ne tarda pas à lui changer les idées.

Décidément, son autre moitié avait bien souffert. Elle avait gardé tous ces mauvais souvenirs pour elle, souffrant dans son coin pour permettre à Mathéo de vivre avec ça sans en souffrir. Peut-être cette moitié avait sous-estimé la force morale du mutant ou bien est-ce que c'était la réunion de ces deux personnalités qui avait rendu Mathéo plus fort moralement. Quoi qu'il en soit, cette larme n'aurait pas de petite sœur pour ces souvenirs douloureux. C'était la dernière fois qu'il pleurait pour son passé. Sa vie commençait maintenant, avec lui entier et avec Judith si elle le voulait. Peut-être réussira-t-elle à lui apprendre le mot aimer. Pour le moment, le mot haine était plutôt son credo.

Mais trêve de pensées! La purée était bientôt prête, il allait falloir s'occuper des steaks.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/acceptation-de-vos-personnages
Judith Sparrow
Elève X-men catégorie 3
*Animatrice Journaliste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 30
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Empathie, contrôle des sentiments et sensations.
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier: Strip teaseuse
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Ven 25 Juil - 12:06

Judith avait vu le sourire de Mathéo s'élargir lorsqu'elle lui avait fait cette déclaration. Elle avait cependant perçu un éclair de tristesse dans ses yeux. Qu'avait-elle dit de blessant ? Elle trouvait cela important de se parler, de dire ce que l'on ressentait l'un pour l'autre. Elle ne savait que trop bien que la vie est trop courte et que l'on a pas le temps de toujours se dire que l'on s'aime. Alors autant profiter du temps qu'ils avaient maintenant. Judith fut blessé lorsque Mathéo se dégagea et se leva, proposant d'aller préparer le déjeuner. Judith avait l'impression qu'il venait de lui broyer le coeur... Judith ne le suivit pas, ne répondit pas à son sourire. Iblis pointa le bout de son nez, sentant la détresse de sa collègue.

*Ne t'en fais pas. Il a beaucoup souffert. Il lui faut du temps. C'est tout.*

*Iblis... Je...*

*Tu souffres, je sais. Il ne voulait sans doute pas te blesser.*

Judith acquiesca mais le fait était là. Elle avait mal. Très mal. Son coeur se serrait douloureusement. Les larmes se mirent à couler silencieusement de ses yeux, prenant de l'importance, enflant comme le lit d'une rivière. Son coeur se serra tellement que son pouvoir lui échappa. Les New-Yorkais dans un rayon de cinq kilomètres sentirent une pression énorme sur la poitrine, une souffrance dans leur coeur. La plupart fondirent en larmes, d'autres se crispaient, courbés sous la tristesse. Judith était roulée en boule dans son lit. Les odeurs de nourriture l'entouraient mais elle s'en fichait. Iblis tenta de la calmer, car il savait que sinon, elle risquait de rendre fous de douleur les pauvres être humains.

*Judith, arrête de te faire du mal !*

*C'est lui qui m'a fait mal, Iblis.*

*Essaye de le comprendre un peu au lieu de jouer à la petite fille blessée.*

*M'aime-t-il vraiment Iblis ? Va-t-il m'abandonner quand il n'aura plus besoin de moi ?*

*Non, il t'aime. Il ne le sait pas encore puisqu'il ne connait pas encore ce sentiment. C'est la première fois qu'il le ressent. Laisse-lui du temps, et aide-le à s'ouvrir, comme une fleur aux rayons du soleil.*

Judith eut un sourire triste. Voila qu'Iblis devenait Poète ! Elle entendit du bruit derrière elle. Sûrement Mathéo. Il devait avoir senti le déchaînement de sentiments qui agitaient Judith. Elle avait envie de sentir sa peau, qu'il la rassure, qu'il la console. Qu'elle soit sûr qu'il ne l'abandonnerait pas...

_________________

Si l'amour est un rêve, alors laisse-moi dormir...
ABSENTE DU 3 AOUT AU 1ER SEPTEMBRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/x-men-f38/fiche-de-judith-spar
Mathéo Flakser
Neutre de catégorie 3
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49
Age : 26
Camp + groupe : neutre
Pouvoirs : vue ultra développée/vitesse accrue
Date d'inscription : 11/05/2008

Mutant life
Métier: sans emploi
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Dim 27 Juil - 2:28

Le feu sous la casserole s'agitait doucement, le beurre de la poêle crépitait et il allait falloir mettre la viande, rapidement si on ne voulait pas que le beurre ne noircisse... oui... Il aurait fallu... La barquette en polystyrène dans les mains, Mathéo fixait la poêle sur le feu et sentait le brûlé du lait dans la casserole sans s'en rendre compte. Une énorme boule dans sa gorge lui bloquait la respiration et lui vidait l'esprit. Il ne savait plus ce qu'il faisait, il ne savait qu'une chose, il était triste... Une tristesse qu'il connaissait depuis bien longtemps, la tristesse de la solitude, la peur d'être seul... Une peine qu'il avait déjà depuis bien longtemps appris à combattre... Alors pourquoi l'attaquait-elle si sauvagement sans qu'il n'ait réussi à la sentir venir? Parce que cette tristesse et cette peine n'était pas la sienne. Et la seule personne qu'il connaisse capable lui insuffler des sentiments de cette manière se trouvait dans la chambre qu'il venait de quitter.

Dans un effort plus douloureux qu'intensif, le mutant déglutit, sentant sa gorge plus serrée qu'un corset anglais... Il respira profondément, éteignit le feu, sentant le sentiment s'apaiser légèrement mais cherchant toujours à le rendre triste. Il se dirigea vers la porte, laissant al tristesse l'envahir de nouveau encore et posa la main sur la poignée sans oser 'l’ouvrir. Judith était triste et c'était sa faute... Que pourrait-il faire une fouis à l'intérieur? Sa présence n'attiserait-elle pas un plus la tristesse de la jeune femme? Pourtant cette peine de cœur... Ce sentiment d'être délaissé... Cette peur de l'avenir... Mathéo ne pouvait pas laisser cette femme souffrir de ce qu'il avait eu tant de mal à accepter la présence et tenté d'apaiser par l'insouciance. Le mutant poussa la porte doucement, vit Judith prostrée sur son lit, lui tournant le dos, sanglotant légèrement. Il contourna le lit comme il l'avait fait tôt ce matin et vint se placer à côté de la table de chevet avant de s'accroupir sans hésitation devant le visage de la jeune femme. Ses yeux noisette secs de toutes larmes se plongèrent dans ceux embrumés de cette magnifique jeune femme et il resta ainsi un moment sans dire un mot, laissant les larmes imprégner le matelas. Son visage vierge de toutes émotions était funèbre. On aurait dit un employé des pompes funèbres! Ce n'était pas par méchanceté ou indifférence. Mathéo ne faisait que lutter contre ce sentiment que lui insufflait cette magnifique femme des plus tristes. Il s'était promis de ne plus faillir; il s'y tiendrait.

-Judith...

Son visage se fit mélancolique et une main jaillit pour venir recueillir une larme prête à suivre ses aînés vers le tissu du dessus de matelas.

-Si tu me veux, il faudra prendre ma froideur et accepter le temps qu'il faudra pour me réchauffer... Mais sache que si le mot aimer et ses déclinaisons ne veulent pas sortir de ces lèvres glacées, ce n'est pas pour cela que mon coeur ne bat pas à me briser les côtes lorsque tu me le dis.

Cette même main, légèrement humides maintenant à force d'épancher le ruisseau de sentiments qui s'écoulait de ces si beaux yeux, se posa sur la joue de Judith et le pouce lui caressa la pommette alors que l'autre bras de Mathéo se posait sur le matelas et sa tête par-dessus pour finalement rapprocher son visage de celui de celle qui avait réussi à lui rappeler la chaleur de l'amour... Il n'avait pourtant qu'un visage assez fermé à lui offrir si ce n'est ce léger début de sourire désolé au coin des lèvres.

-Est-ce que tu acceptes de le dire pour deux en attendant que j'apprenne à le faire moi aussi? En attendant que tu me ramènes à la vie et ses goûts succulents?

Si elle refusait, Mathéo n'aurait aucune autre solution que de récupérer son maillot certainement encore humide et de sortir de cet appartement, puis de cet immeuble et surtout de la vie de cette femme. Il valait mieux qu’elle finisse par le détester plutôt que de chercher ce qu'elle ne pourrait jamais trouver pour le moment auprès de lui : la chaleur d'un être aimé rendant ce qu'il reçoit. Pour le moment, le coeur de Mathéo était bien trop faible pour satisfaire quelqu'un d'autre que lui-même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/acceptation-de-vos-personnages
Judith Sparrow
Elève X-men catégorie 3
*Animatrice Journaliste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 30
Camp + groupe : X-men
Pouvoirs : Empathie, contrôle des sentiments et sensations.
Date d'inscription : 14/06/2008

Mutant life
Métier: Strip teaseuse
Jauge de pouvoirs:
0/0  (0/0)
Relations:

MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   Mer 30 Juil - 12:10

Judith sentait la présence de Mathéo dans son dos. Iblis restait là aussi, pour la consoler, pour l'aider à voir les choses du bon côté. Mais avec Judith, c'était chose fort difficile lorsqu'elle broyait du noir. Le courant d'air qui glissait dans la chambre lui donnait des frissons. Mathéo ferma la porte et contourna le lit. Judith le vit dans un brouillard que formaient ses larmes. Dès qu'elle vit son visage, elle se rendit compte à quel point elle l'aimait. Ironie du sort, elle avait le pouvoir de créer les sentiments et elle aimait quelqu'un qui les avait enfouis toute sa vie. Judith eut un sourire triste. Le visage de Mathéo était sans aucune expression mais Judith pouvait ressentir la détermination qui l'animait. Et elle savait que c'était aussi pour elle que Mathéo s'était promis de ne plus flancher. Elle tendit lentement les doigts vers lui et lui prit la main. Elle la serra fort, très fort. Comme à une corde qui serait l'unique moyen de sauver sa vie, de s'en sortir. Judith aimait tellement Mathéo. Jamais elle ne pourrait l'abandonner. Elle voulait l'aider. L'aider à s'ouvrir, comme l'avait dit Iblis, à ressentir à nouveau des émotions, à les contrôler certes, mais à les ressentir...

La main de Mathéo bondit vers le visage de Judith et cueillit une larme qui s'apprétait à suivre le chemin que les autres avaient pris. Judith sentit son ventre noué et écouta ce que Mathéo lui disait. Judith sentit un frisson lui parcourit le dos et cette fois des larmes d'émotion heureuses montaient à ses yeux. Mathéo ressentait quelque chose de fort pour elle, aparement et cela, c'était le plus beau cadeau qu'il puisse lui faire.

*Je te l'avais dit qu'il t'aimait sans le savoir, espèce d'idiote.*

*Iblis, tes insultes tu les gardes, ok ?*

Mathéo rapprocha son visage du sien et la serra fort contre lui. Judith inspira profondément et se décontracta instantanément. Un sourire désolait se dessinait à peine sur les lèvres si douces de celui qu'elle aimait. Judith posa sa main sur la joue de Mathéo. Au lieu de répondre à la question qu'il venait de lui poser, à savoir si elle pourrait patienter et l'aider à ressentir à nouveau, elle attira délicatement son visage et lui offrit un doux baiser. Dans ce baiser, toutes les émotions les plus tendres étaient criées, assurées, on avait l'impression de les ressentir depuis toujours et à la fois de les ressentir pour la première fois. Et c'est dans ce baiser que Judith lui répondit. Oui, elle attendrait. Oui, elle l'aimerait. Oui, elle l'aiderait à reprendre goût à la vie. Oui, elle le ferait car elle savait qu'une graine de passion s'était enfoui dans son coeur et qu'il ne dépendait que d'elle de la faire germer. Judith perdit le contrôle de son pouvoir dans cette étreinte. Un sentiment d'amour tellement intense qu'il en devenait douloureux enveloppa les deux amants. Puis, tout s'éteignit et l'étreinte s'acheva. Judith, les larmes aux yeux murmura à Mathéo :

Je t'aime. Je suis avec toi. Pour toujours. Ne me trahis jamais, je t'en prie. Je ferais tout pour toi. J'ai confiance. Tu y arriveras avec mon aide, je le sais.

Judith resta un moment enlacée dans les doux bras de Mathéo. Puis, elle sourit et en inspirant elle demanda :

D'après mes narines, je vais devoir me lever pour t'aider à préparer un autre repas... A moins que tu n'aimes les cendres pour te nourrir ?

Un sourire timide et complice s'affichait maintenant sur le visage de Judith.

_________________

Si l'amour est un rêve, alors laisse-moi dormir...
ABSENTE DU 3 AOUT AU 1ER SEPTEMBRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xmen-thecure.rpg-board.net/x-men-f38/fiche-de-judith-spar
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux êtres... Une seule chambre... [pv Mathéo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chambre Catégorie Montana avec deux lits "Queensize de l'hotel sequoia longe
» Ajouter une personne dans la chambre ?
» FIN DE PARTIE de Samuel Beckett
» Problème de signal avec répartiteur
» LE LIEN SPIRITUEL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{ X-Men : The Cure :: { Whole World :: New York :: Nord :: Habitations-
Sauter vers: